FIL D'ACTUALITÉS

HAUTS-DE-FRANCE: UN ENGAGEMENT COMMUN POUR L'ACCÈS À L'ÉNERGIE EN AFRIQUE

Afin de nouer des contacts et des partenariats économiques en vue de contribuer à cet enjeu majeur qu’est l’accès à l’énergie pour tous les africains, la Région Hauts-de-France organise depuis 2018 le Forum des Acteurs de l’Énergie pour l’Afrique. La Fondem a été sélectionnée pour être assistante à maîtrise d’ouvrage dans le cadre de l’appel à projets de la Région Hauts-de-France pour l’accès à l’énergie en Afrique.

La deuxième édition du Forum s’est tenue le 7 février 2020. Christine Pavot, Directrice des Relations Internationales de la Région Hauts-de-France a répondu à quelques unes de nos questions pour l’occasion.

1)     Quelles sont les grandes conclusions à tirer du 2ème Forum des Acteurs de l’Énergie?

Les grandes conclusions à tirer seraient d’abord qu’il reste des défis à mener et que de ce fait les opportunités de collaborations franco-africaines dans ce domaine sont importantes. Il faut s’attacher en particulier à la question des off-grid car beaucoup de communautés et de villages isolés ou très isolés n’ont hélas pas encore accès à l’électricité et aux autres formes d’énergie qui pourraient être développées comme celle de la cuisson par exemple.

Retenons aussi que ce forum a montré que les initiatives, nombreuses, existent ! Et elles viennent d’Afrique. L’entreprenariat et l’esprit d’entreprendre s’y développent et certaines technologies dépassent même ce qui se fait ici. C’est une réelle chance d’avoir ces jeunes entrepreneurs convaincus qu’un marché se développe et surtout au fait des besoins, des usages et des technologies adaptées.

Alors faisons le pari de joint-ventures, de collaborations, ne serait-ce que par le biais de nos universités, de nos écoles et de nos laboratoires de recherche respectifs. La recherche-développement fait avancer les projets et contribue à la formation dans ce domaine, c’est très important pour pérenniser les installations et créer les conditions d’un développement économique local.

Nos entreprises enfin peuvent aussi y trouver leur compte en s’associant sur des projets, en répondant à des appels d’offre. La Région permet d’offrir un cadre propice à ces échanges et c’est cela qui peut être rassurant et sécurisant pour elles.

2)     Quels sont les résultats de l’appel à projets « Acteurs de l’Énergie pour l’Afrique » ?

L’appel à projet n’a que six mois de vie et il est encore un peu tôt pour tirer un bilan mais l’intérêt est présent, à travers la quinzaine de projets soutenus ou en cours d’étude. Nous serons exigeants car de tels projets ne s’improvisent pas et la plus-value de cette appel à projets, c’est de favoriser la mutualisation, et les consortiums, car les logiques de ces projets font appel à plusieurs métiers et savoir-faire. Nos entreprises peuvent apporter des compétences dans ce domaine.

3)   Quelles sont les perspectives d’évolution ? Un 3ème Forum verra t-il le jour ?

La Région a inscrit une nouvelle délibération pour cette année 2020 afin de reconduire l’appel à projets et permettre le déploiement d’autres nouveaux projets. Peut-être pas un troisième forum mais au moins une journée complète de restitution des projets d’ici fin 2020 et aussi une première évaluation des impacts de cette politique, notamment vis-à-vis de notre territoire régional. Les résultats concrets doivent pouvoir être montrés. Nous sommes une politique publique et il est important de pouvoir évaluer et rendre visible les résultats.